Jour 13: En route pour Machame Camp

Brume matinale

Ce matin au bureau de l’agence, j’embarque dans la voiture qui va nous amener au début du trek, et je fais connaissance avec Johnson mon guide, le cuisinier et les porteurs.

Les portes du parc national d’où partent les différents chemins menant au sommet sont assez distantes les unes des autres, toutes situées sur le versant sud du massif.

les routes du massif

les routes du massif

Nous partons de la Machame, à 40mn de Moshi, réputée pour être celle d’où l’on profite des meilleurs panoramas. La traversée de plusieurs villages chaggas après les grandes plantations de café nous amènent à 1800 mètres d’altitude, dans un épais nuage de brume qui rend l’air humide et froid. Quelques babouins traînent autour des trekkeurs qui prennent une collation en attendant que leur équipe soit prête.

on n'y voit goutte!

on n’y voit goutte!

Les guides et les porteurs sont innombrables. Pour un groupe de dix trekkeurs, il faut vingt porteurs et cinq guides ou assistants guides… une longue file d’attente se met en place derrière un monsieur qui semble être un officiel du parc. C’est la pesée des sacs. Les porteurs ont droit à 20kg maximum. Quand on pense qu’il fut un temps, il n’y avait pas de limite de poids!  A la fin des formalités, nous nous rendons au « starting point », départ officiel de la voie Machame.

Contente d'être là!

Contente d’être là!

Dans la forêt équatoriale

L’entrée dans la forêt m’impressionne beaucoup. La végétation est luxuriante, les arbres immenses. Petit à petit la brume se dégage et le soleil filtre timidement entre les branches des gigantesques macarangas et acacias albizia. En grande forme, les marcheurs ont envie d’aller d’un bon pas; mais les guides, souriants, lancent de temps en temps leurs traditionnels « pole pole! » qui incitent à ralentir. Cette prétendue nonchalance est en réalité la voix de l’expérience. Le pas que nous adoptons les premières heures sera le même pendant cinq jours, quel que soit le dénivelé et l’état de fatigue. Autant qu’il soit le plus lent possible!

Au dessus de nos têtes, les oiseaux se taisent aux heures chaudes et reprennent leur concert en fin d’après midi. Difficile de les apercevoir. Mais soudain une queue blanche en panache apparaît dans les branches basses: un, puis deux colobes guéreza nous observent prudemment. C’est toujours une  joie de voir des singes dans leur habitat naturel. Cette espèce a été chassée pour sa belle fourrure noire et blanche mais aujourd’hui, vivant dans des espaces protégés, elle n’est plus en danger d’extinction. Et sur les pentes du Kilimandjaro, les prédateurs se font rare. Quelques léopards peut-être…

le colobe guereza

le colobe guereza

Dans la forêt, il y a de jolies petites fleurs endémiques nommées Impatiens Kilimanjari;  j’aime bien l’idée qu’on n’en trouve nulle part ailleurs, c’est ce qui rend un voyage particulier, unique; beaucoup de marcheurs passent sans les voir. Johnson me dit que ce sont généralement plutôt les Japonais qui s’intéressent de près à la botanique, un peu les Allemands aussi. Les guides ont toujours des commentaires sur les comportements des touristes selon leur nationalité. Il y a souvent du vrai!

Impatiens Kilimanjari

Impatiens Kilimanjari

 

Alors que le soleil commence à décliner, nous sortons peu à peu de la forêt. Le sol devient plus acide et se couvre de mousses et de bruyères arborescentes, c’est la lande qui annonce la proximité du campement. Au détour d’un bosquet, une petite pause nous permet de profiter d’une première apparition claire du sommet, comme une promesse de récompense pour les efforts à venir. Qu’il paraît loin! En fait, il l’est encore plus…

 

le profil du monstre

le profil du monstre

 

Lorsque la rumeur du campement se présente à nos oreilles, je ne me sens même pas fatiguée. Johnson m’annonce l’altitude: 3000 mètres. Voilà, je n’étais encore jamais allée si haut. La ligne bleue des Vosges, les tartes aux myrtilles, la luge de mon enfance m’ont habituée à une montagne au caractère doux et vivifiant; j’ai l’impression que je vais me sentir toute petite à partir de maintenant.

Après le repas, le sommeil tombe sur mes paupières aussi brusquement que la nuit sur l’équateur. Une dernière précaution avant de me coucher m’amène nez à nez avec un félin aux yeux incandescents, dont la stupeur cède en un instant à  l’instinct de fuite. Qu’était-ce donc? Pour moi, un serval. Pour mon guide, un gros chat; un peu vexée de ce manque d’émerveillement, je veux lui assurer que non, ce n’était pas un gros chat mais bien un grand félin… c’est alors que je me rends compte du malentendu. « No, it wasn’t a big cat, it was a… big cat… » Bon, on est d’accord, c’était un gros fauve!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s