J16: Barranco-Barafu Camp

Le mur du challenge

Pour la première fois, ce matin, je me sens d’attaque! Parée pour l’ascension du Great Barranco Wall qui s’élève devant le camp. C’est plus une falaise qu’un mur: ses 260 mètres de haut paraissent bien plus vus d’en bas. Johnson me lance, en haussant les sourcils d’un air solennel: « parfois certains ne gardent pas leur petit déjeuner… »

Après une demi heure de marche on atteint la paroi rocheuse. En levant le regard, on peut voir une ligne de pointillés à mi-hauteur. Certains porteurs sont déjà presque au sommet. C’est parti.

DSC_0205

DSC_0200Nous sommes tous en une infinie file indienne. On n’entend que le souffle des trekkeurs et le son des chaussures qui tapent, frottent, dérapent sur les pierres. De temps en temps, derrière soi, au loin un bruit de course prudente mais rapide: on se colle à la paroi pour laisser passer le vaillant porteur. On en croise parfois aussi un assis, en sueur, qui ne se sent pas très bien. Les porteurs aussi sont sujets au mal des montagnes. On s’encourage d’un hochement de tête, d’un signe de la main, sans parler, pour économiser le souffle.

Deux heures après, on atteint le sommet. Un regard vers le bas : le camp quitté le matin semble très loin vu d’ici. Il y a des explosions de joie, des chants, des soupirs de soulagement. Un groupe déclenche une mode: la photo où tout le monde saute en l’air en même temps. Certains sont si près du bord qu’un guide les sermonne. Soudain je vois un porteur isolé, assis sur un rocher les mains sur les genoux, à qui les autres jettent des regards furtifs, mi-inquiets, mi-admiratifs. C’est une femme. Johnson me dit qu’elles sont 9 porteuses en tout. Elles sont très considérées par les hommes. Je suis complètement émue d’un coup (l’altitude!) et j’ai envie de l’embrasser pour son double courage: faire un métier très physique, et n’avoir que des collègues masculins. J’ai bien fait de m’abstenir. Maintenant que je l’ai rencontrée, je sais qu’elle n’aurait pas apprécié! Mary est une femme fière et taciturne, qui n’a rien à prouver à personne et je l’admire beaucoup pour sa force de caractère.

On entame ensuite la Karanga Valley,  une descente désertique jusqu’à la réapparition de plantes dans le creux de la vallée. Cette rivière est le dernier point d’eau où les porteurs remplissent les jerrycans. Après cette étape, le chemin remonte. Je suis déjà fatiguée.

« Johnson, combien de temps de marche encore?

Il ne me répond pas. Comme nous sommes presque arrivés sur une crête, je pense qu’il veut attendre d’avoir le panorama pour m’expliquer. Il n’empêche que mon moral en prend un coup. Autant l’ascension du Barranco Wall, parce que je l’appréhendais, a été plus facile que prévu et assez ludique comparée à la monotonie de la marche quotidienne, autant là je commence à en avoir marre de la montagne. On arrive sur une petite crête. Un paysage lunaire s’étend à perte de vue, avec le Kibo à notre gauche, écrasant et superbe. Au loin, un scintillement fait penser que là se tient le camp. Il doit y avoir encore une heure de marche, ça fait quatre heures depuis le camp. Les gens qui passent poussent des exclamations en apercevant le prochain camp.

« Tu vois la crête, après le camp qu’on voit? Il y a encore une plaine à traverser, et notre camp est après. »

Ce n’est pas possible, je ne dois pas avoir bien compris. Je suis confuse mais on se remet en route sans que je demande plus d’explication. Je suis à un point où essayer de comprendre est un trop grand effort. En gros, à l’horizon, on n’est pas encore arrivés. Je m’enferme alors dans un mutisme très très mauvais pour le moral. Mon cerveau ressasse des idées noires et mon cœur se serre. Je me sens comme un enfant démuni face à des tourments qui le dépassent. Jamais une journée n’aura été aussi longue. Une phrase tourne en boucle: plus jamais. Quand on arrive au camp, je fonds en larme. Mon équipe m’attend, ce qui me réconforte un peu: eux aussi ils l’ont fait, et plus vite que moi. Ils me regardent, un peu désolés, sans trop savoir quoi faire.

DSC_0209

D’une voix faible, mais sans appel, je leur dis que je ne mangerai pas et que je vais dormir immédiatement. Je n’ai plus la force de rien. Johnson m’annonce qu’il me réveillera à 23h pour la dernière ascension de nuit. J’apprendrai par la suite que du camp Barranco au Karanga il y a 5 km, et 5 de plus pour le Barafu. J’ai l’impression d’en avoir fait 30.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s