La Tanzanie change la vie!

Développer le voyage solidaire

C’est toute ma vie professionnelle qui a été bouleversée par ce pays. En recommandant d’abord mes rencontres tanzaniennes à des gens de mon entourage, puis à des lecteurs de mon blog, j’ai découvert avec surprise que j’étais faite pour organiser, conseiller, repérer, prospecter, sélectionner, et développer une activité autour du voyage avec des valeurs solidaires et équitables. J’ai acquis l’expertise du terrain, que ce soit de la connaissance des itinéraires, des saisons, de la faune sauvage, des ethnies, de la culture swahilie, mais aussi la connaissance approfondie du fonctionnement des agences de voyage locales, les tarifs pratiqués, les relations entre tous les acteurs du tourisme, la manière de traiter avec eux, en circuit court,  dans un objectif de tourisme équitable.

En cinq ans j’ai aidé des petites agences locales à avoir une visibilité parmi les voyageurs francophones, grâce aux bons commentaires des clients à leur retour, sur les forums des guides touristiques.

Danny, chauffeur et Thomas, guide francophone

Chaque année, je retourne en Tanzanie pour développer cette activité et accomplir les missions listées ci-dessous:

  • accompagner un groupe sur un séjour aventure
  • travailler avec mes partenaires locaux Osiwoo Safaris et Amo Zanzibar Tours
  • assurer un suivi avec les programmes de tourisme culturels comme celui de Mama Gladness à Tengeru
  • visiter des hôtels, contrôler leur qualité, rencontrer de nouveaux managers
  • tester des prestations, activités, repérer de nouveaux territoires
  • s’immerger dans la culture swahilie pour de meilleures relations inter culturelles
  • se réunir avec les guides francophones pour le bilan annuel

En 2016 ma propre association de voyage solidaire a vu le jour, TUMBILI.

Banderole Finale

Tumbili, expertise et solidarité

Mon objectif est de promouvoir le voyage utile, en soutenant des initiatives locales en Tanzanie et à Zanzibar. J’ai rencontré des acteurs locaux du changement, que ce soit dans le domaine de l’éducation, l’environnement, la santé ou la conservation animale. De petites associations créées par des natifs ou habitants du pays méritent qu’on les mette en lumière!

Pour exemple, voici Hamis.

Hamis, gestionnaire de la forêt de Rau

Hamis, gestionnaire de la forêt de Rau

Il est né dans un village près de Moshi, à côté de la forêt de Rau. Il a grandi en voyant les villageois se servir en bois et décimer la diversité des espèces. Avec deux jeunes habitants du village, il a demandé au gouvernement l’autorisation de s’occuper de la gestion responsable de la forêt. Depuis, il fait des actions de sensibilisation auprès des écoles, afin d’éduquer à ne pas jeter les déchets dans la forêt; il organise des sorties naturalistes à la rencontre des colobes guereza et des oiseaux des rizières; il crée de l’emploi auprès des mamas du village en les sollicitant pour préparer les repas et héberger les voyageurs, il apprend aux villageois à privilégier la coupe d’espèces à pousse rapide et à prendre soin de la nurserie des petits arbres.

Tumbili propose que chaque ascension du Kilimanjaro réservée par un voyageur soit associée au soutien de l’association de Hamis. Au choix du voyageur, soit on reverse une somme correspondant à une journée d’éco tourisme avec Rau Ecotour, soit on s’accorde une journée pour la vivre!

Rencontre au bureau de Rau Ecotour

Rencontre au bureau de Rau Ecotour

La démarche a intéressé un prospecteur du Petit Futé, Jean Marc, qui est allé tester les services des agences locales lors d’une tournée en Tanzanie: et hop! Tumbili est référencé ici !

Ceci dit, il est temps de relater le merveilleux voyage de mai 2017, qui a suscité une profonde réflexion chez tous les collaborateurs de Tumbili et Hotsun, et a donné le jour à une nouvelle entreprise solidaire au pied du Mont Kilimanjaro: Osiwoo Safaris.

Il est à parier que bientôt ce nom sera connu du voyageur francophone, car il est l’étendard d’une équipe expérimentée, dynamique et engagée dans le soutien aux communautés locales.

Osiwoo safaris logo-1

Publicités

La forêt de Jozani et le centre des papillons de Pete

Une espèce endémique

Rien ne m’excite plus que de savoir que je vais voir une espèce qui n’existe nulle part ailleurs dans le monde. Même si ce n’est qu’une sous espèce. Les colobes bai de Kirk, ou colobes roux de Zanzibar, sont appelés par les habitants « singes poison » (kima punju). Cela viendrait de leur odeur, mais a fait dériver les croyances et l’on raconte à tort qu’ils tuent les arbres sur lesquels ils vivent. Ils ont été tués à cause de cette histoire, mais aujourd’hui ils sont protégés dans le parc national de Chwaka Bay et notamment la forêt de Jozani.

DSC_0005

Les singes sont parfois loin dans la forêt, parfois au bord de la route. Les voitures ralentissent pour les regarder traverser, mais il est interdit de s’arrêter prendre des photos sans régler les droits d’entrée qui vont à la conservation de l’espèce.

On se rend d’abord au guichet où l’on peut se documenter à l’aide de quelques panneaux explicatifs, puis le guide nous emmène dans la forêt. Généralement il n’y a rien à craindre, mais nous avons fait une rencontre venimeuse!

DSC_0016

Les colobes sont dans la forêt. Ils sont magnifiques, avec leur nez rose et leur pelage hirsute. Ils n’ont pas peur des visiteurs. Je les observe longtemps, face à face entre primates…

CSC_0151

DSC_0047

DSC_0036

DSC_0057

DSC_0051

Il existe d’autre colobes roux, par exemple dans le Parc National des Udzungwa Mountains, on peut trouver la sous espèce d’Iringa. Ils n’ont pas ce panache blanc autour de la tête.

Nous allons ensuite visiter la mangrove un peu plus loin, avec force d’explications sur cet étonnant écosystème.

DSC_0072

Pour le déjeuner, une mama locale nous a préparé un plat typique de Zanzibar, du poisson en sauce aux épices, riz pilau, cortège habituel de fruits et chapati. Hmmm!

Un cercopithèque diadème ou singe bleu

Un cercopithèque diadème ou singe bleu

Il reste à visiter le centre d’élevage de chenilles au village de Pete. Rien de spectaculaire car les papillons sont de tailles et de couleurs tout à fait ordinaire, mais l’initiative vaut le détour si on le combine avec Jozani. Afin de commencer à préserver la forêt que les habitants exploitaient sans mesure, il a fallu donner une autre source de revenus aux villageois. On leur a donc proposé d’élever des papillons et d’en faire un centre touristique. Les habitants, et habitantes, car c’est une activité qui promeut aussi le travail des femmes, se chargent de nourrir les chenilles, récolter les cocons et les ramener au centre pour l’éclosion.

DSC_0480

J21 – Le Safari Blue

Une excursion en boutre traditionnel

C’est marée basse. Les bateaux sont amarrés, les pêcheurs qui ont travaillé toute la nuit doivent dormir à présent. La plage est déserte , mis à part quelques enfants  qui jouent avec des pierres de corail mort. J’en profite pour observer la petite faune aquatique qui fait des bulles.

observer les bêbêtes, une passion...

observer les bêbêtes, une passion…

Le boutre du Safari Blue est amarré où l’eau a un peu de profondeur, c’est donc à nous de s’en approcher et l’équipage nous aide à monter à bord. Toujours penser à prendre son maillot pour pouvoir enlever le bas: on a de l’eau jusqu’à mi cuisse!

Pour partir, le capitaine allume le moteur, mais au moment où nous apercevons les nageoires de trois dauphins, il le coupe et nous attendons leur réapparition en silence. Méditations sur l’immensité de l’océan, exclamations de ravissement…

Après une demi heure de balade, nous arrivons à un petit lagon fait de pierre de corail et d’arbres à mangrove. Se baigner dans une eau si claire et turquoise, quel bonheur.

entrée du lagon

entrée du lagon

L’appétit ouvert, nous partons déjeuner sur une île déserte où les cuisiniers du Safari Blue attendent tout sourire derrière des barbecues : brochettes de poisson frais, calamars, riz et dégustation de tous les fruits existant sur l’île.

DSC_0098

Après le repas, on a droit à un baptème de Ngalawa, une pirogue traditionnelle à balancier, creusée dans un tronc de manguier.

le ngalawa

le ngalawa

Enfin, un retour en douceur, la voile déployée et pour seule musique le vent et les flots… au crépuscule, s’engouffrer dans les petits bras tentaculaires de Stone Town, au son du muezzin et des rires des habitants qui ont fini leur journée. Tandis que les pêcheurs, eux, se réveillent…

 

J 19 – Stone Town – arrivée au port

Aller à Zanzibar

Après quelques jours de repos bien mérité à Moshi, nous partons à la découverte de Zanzibar. Un petit point sur le trajet pour s’y rendre.

Il existe plusieurs manières de faire Arusha-Zanzibar, ou Moshi-Zanzibar:

– la voiture privée: que ce soit par une agence ou en louant un véhicule, c’est vraiment trop cher. Il y a 550km, et le prix de l’essence ne cessant d’augmenter, avec un pic cet été 2015, on ne peut pas s’en sortir à moins de 700 USD $. Alors à moins d’être au moins 5 dans un véhicule, c’est plus cher que le vol domestique, puisqu’il faudra encore ajouter le ferry.

– l’avion: le vol interne Arusha-Zanzibar se situe entre 200 et 250 USD $ par personne. 1h30 de vol, c’est le plus agréable si on a peu de temps pour profiter du séjour.

– le bus express: c’est le moyen de transport le plus économique. On compte environ 35 USD $ par personne. On arrive à la gare routière de Dar es Salaam en… 11h. Franchement pas recommandé. De là il faut rejoindre le port pour prendre le ferry. Un taxi est négociable pour environ 20 USD $, puis la traversée en ferry est à 40 USD $ par personne. Un conseil: réserver ses billets un jour avant, par une agence, car les gares routières sont vraiment dures pour les nerfs. Tout le monde essaie de faire son beurre sur les tickets, on est assaillis par les revendeurs, idem pour le port. Ne pas demander de renseignements pour éviter d’être mal dirigé ou arnaqué sur le prix des billets.

On prend donc le bus à Moshi à 6h du matin, mieux vaut se coucher tôt la veille! J’ai déjà fait ce trajet et je n’ai pas un bon souvenir de la qualité des bus, mais cette fois on a de la chance, les fenêtres ne sont pas bloquées en position ouverte ou fermée… le bus est de bon standing.

Paysages - Maison Nengereko

Paysages – Maison Nengereko

Dans le bus

Dans le bus

Paysages - maison Zigwa

Paysages – maison Zigwa

sur la route, les vendeurs de fruits

sur la route, les vendeurs de fruits

7h plus tard à Dar, à l’entrée du sas pour embarquer sur le ferry, des ados nous assaillent pour porter nos bagages et se faire quelques dollars. Depuis je me suis souvent disputée avec eux (et j’ai vu des tas de touristes dans des états indescriptibles de colère) car malgré le prix convenu au départ, certains ne sont jamais satisfaits et demandent plus, jusqu’à 10000 Tsh par bagage, pour faire 20 mètres. Ils sont nombreux, les pauvres, et ne vivent que de ça, mais ils finiront par comprendre qu’embêter les gens est le meilleur moyen pour ne rien obtenir. Depuis j’ai appris à repérer les plus corrects, qui se tiennent souvent un peu à l’écart, et sont plus polis.

J’ai toujours aimé prendre le ferry. Le Kilimanjaro II de la compagnie Azam Marine, est moderne et bien entretenu. Le port de Dar s’éloigne, le grand large s’impose. A bord, plus de locaux que de touristes. Certains dorment dans la salle principale, où passe des films de Jackie Chan. D’autres, tout sourire, prennent les embruns sur le pont ou à l’étage. Des îlots isolés font leur apparition. Le nom Zanzibar englobe des dizaines d’îles et peu sont habitées. L’île principale que nous appelons communément Zanzibar a pour nom Unguja. Bientôt, sa capitale Stone Town (appelée aussi Zanzibar Town), se profile à l’horizon. J’ai l’impression d’être dans un autre temps.

Unguja - Stone Town

Unguja – Stone Town

Nous débarquons, accueillis par Khelef, qui va nous héberger dans une maison dont il est propriétaire. La nuit va bientôt tomber, et nous partons pour une promenade aux jardins Forodhani, à 50 mètres du port. Ici, tous les soirs, des étals de nourriture à emporter sont dressés, et les habitants de la cité ont pour habitude d’y faire un tour au milieu des dizaines de chats des rues qui quémandent des restes de dîner.

poulpe et bananes à Forodhani

poulpe et bananes

Khelef

Khelef

les jardins Forodhani

les jardins Forodhani

Un petit voleur bien caché

Un petit voleur bien caché

le palais des merveilles

le palais des merveilles

le vieux fort

le vieux fort

Il règne une quiétude, une langueur que je ne connaissais pas ailleurs. ici on presse le jus de canne, là on prépare la pizza de Zanzibar et son haché menu de légumes frais, les familles s’asseyent sur les murets de pierre et s’amusent à regarder les chats qui se régalent de tout ce qui tombe par terre. On est bien, ici!

Je suis attirée par des exclamations, comme des encouragements du côté du port. C’est le coin des ados. Leur passe-temps préféré au crépuscule, c’est de faire des figures libres pour sauter dans l’eau. On s’amuse beaucoup à les encourager, et pousser des « hoooo » en frémissant de leur témérité. Chaque fois que je reviens depuis, j’aime m’asseoir sur le mur face à leur attroupement, jusqu’à la nuit tombée, et regarder avec beaucoup de tendresse cette innocente battle de jeunes Zanzibari à l’arrogance plus ou moins feinte.

DSC_0453DSC_0455DSC_0446